bandeau
Recherche - par Freefind
Traduction - par Google
Infos - Plus Nous sommes Samedi 19 Août 2017 et il est 00:02:06 (heure locale en France)
Menu
Argentan
Résumé historique

Concernant cette ville, Charlotte Corday y séjourna et son ombre y plana longtemps après le 17 juillet. C'est ici qu'habitèrent son père, sa soeur et ses grands-parents paternels. Après l'assassinat de Marat, ces personnes y furent interrogées et incarcérées.
Installation à Argentan, résumé des évènements :
Le 12 mai 1792, alors qu'il habitait au Ménil-Imbert, Jacques François de Corday d'Armont, père de Charlotte Corday, fut victime d'une tentative d'assassinat par un maréchal-ferrant de Montpinchon, Jean-Louis Bellaunay.
Voir les pages 40 et suivantes de « La maison de la rue du Bègle à Argentan par Charles Vattel, 1872 » ci-dessous pour les détails de l'affaire.
Après une plainte déposée le 18 mai, Monsieur d'Armont décida de quitter Ménil-Imbert où il ne se sentait plus en sécurité. Il vint se réfugier à Caen, Hôtel de la Coupe d'Or, venelle aux Chevaux (Hôtel disparu en 1852 suite à l'élargissemnt de cette rue qui deviendra rue de l'Impératrice, aujourd'hui rue de Strasbourg).
L'agresseur n'ayant pu être attrapé, l'affaire s'arrêta là.
Le 31 janvier 1793, Monsieur d'Armont décida de quitter Caen et de se rapprocher de Ménil-Imbert en habitant à Argentan. Il loua une maison discrète au 22 rue du Bègle (ou Beigle), cour Besnier.
Ses parents de Cauvigny et sa seconde fille, ne se sentant plus en sécurité non plus à Ménil-Imbert, vinrent le rejoindre en juin (voir page 19 du livre précédemment cité).

Le jeudi 11 juillet, il reçut une lettre de sa fille Charlotte, envoyée de Caen le mardi 9 juillet (1).
Il déclarera lors de son interrogatoire du 20 juillet, que de colère il avait jeté cette lettre au feu. Il faut donc émettre des réserves sur la véracité de cette lettre malgré l'approbation de Ch.Vatel.

Par le « Journal de Perlet n°297 » du 15 juillet auquel il était abonné, il apprit la nouvelle de l'assassinat de Marat et malgré la déformation des noms il comprit que sa fille était la coupable.
La lettre que Charlotte écrivit à son père le 16 juillet à la Conciergerie, saisie et jointe au dossier criminel par Fouquier-Tinville, ne lui parvint jamais. Voir cette célèbre lettre (1).

Le 20 juillet après-midi, trois officiels se présentèrent chez lui pour l'interroger et perquisitionner la maison. Ces personnes étaient informées du meurtre mais pas encore de la condamnation de Charlotte et c'est seulement sur leur initiative qu'elles étaient venues. Un procès verbal fut rédigé, lisible dans le livre ci-dessous.
Le 19 octobre 1793, Monsieur d'Armont est arrêté et emprisonné dans l'ancien couvent des Capucins. Il y restera jusqu'au 19 février 1795. Le 19 novembre 1793, sa fille Jacqueline-Eléonore déguisée mais reconnue lors d'une visite à son père est emprisonnée, libérée dès le lendemain. Les parents de M. d'Armont, âgés de 90 et 83 ans, emprisonnés avec lui sont libérés le 31 août 1794 et sont rentrés rue du Beigle où leur petite-fille s'occupa d'eux. Ils rentreront chez eux à Cauvigny où ils décèderont (voir Biographies).
Le 27 septembre 1797, risquant d'être de nouveau arrêté, Monsieur d'Armont émigre en Espagne. Le 30 juin 1798, il décéde rue des Escuedillas à Barcelone (voir page "Biographie" sur les détails de son émigration et sur son décès).

Notes :
(1) Voir les fac-similés sur la page [Autographes].



Consulter le livre ci-dessous « La maison de la rue du Bègle à Argentan par Charles Vattel, 1872 » pour avoir tous les détails des évènements de l'époque.





Visite des lieux

Les coordonnées ci-dessous indiquent le rond-point situé au milieu de la rue du Beigle.

Coordonnées en degrés décimaux Coordonnées en degrés, minutes, secondes Altitude
Latitude Longitude Latitude Longitude en mètres
48.742536 -0.020538 +48° 44' 33.14" -0° 1' 13.90" 158




photo photo
Maison de la rue du Beigle, au fond à droite. Extrait du livre affiché plus haut. Plan de la cour Besnier. La maison occupée par M. de Corday d'Armont était celle repérée 232, les parcelles 232 et 233 étant le jardin de cette maison. Extrait du livre affiché plus haut.

photo "Cour Besnier (rue du Beigle n°39). La retraite de Jacques-François d'Armont, état actuel".
Photo et description extraites de « Les de Corday au Pays d'Argentan, 1938 ».
La numérotation de la rue a changé entre le 19eme et le 20eme siècle, le n° passant de 22 à 39.

photo Maison normande du 14eme siècle, 5 ruelle Fossés-Tanarès. Inscription MH le 29/11/1948 (source base Mérimée).
Le nom Tanarès provient du ruisseau Tanaret passant à proximité (source Argentan pas à pas). Le plan de la cour Besnier comportant ce ruisseau à gauche, on en déduit que cette cour était très proche de la maison normande, donc aux environs de la place Vimal du Bouchet, du Bd Général de Gaulle et de l'Orne.

photo photo
Rue du Beigle. Sur la gauche au n°22 devenu n°39, se trouvait la maison du père de Charlotte. Carte postale ancienne. Même vue aujourd'hui. Le ruisseau Tamaret, canalisé n'est plus visible.

photo photo
Fin de la Rue du Beigle. Carte postale, avec timbre oblitéré 1913. Même vue aujourd'hui.


© jcFerrand, 2013-2016

© jcFerrand, 2013-2017  -  Evolution du site  -  W3C HTML 4.01  -  W3C CSS
Depuis le 01/01/2014 : Nb total de visiteurs: 35771 - Nb de visiteurs aujourdhui: 1 - Nb visiteurs connectés: 1